Tout le plaisir est pour moi, roman d’Emmanuelle Heidsieck

Vers une société où tout se vend Reading Time: 3 minutes
Tout le plaisir est pour moi, roman d’Emmanuelle Heidsieck
Que pensez-vous de cet article ?

Encore une diatribe contre les fonctionnaires

Ces vilains fonctionnaires qui nous empêchent de vivre encore une fois… Du 1984 de Georges Orwell aux travaux d’Astérix, les propos d’Emmanuelle Heidsieck ne peuvent que nous parler. Une monde avec des hauts fonctionnaires, pas ceux des cartes grises qui ont disparu mais ceux qui ont fait l’ENA sans grand génie ou avec un certain manque d’ambition. Ils ne sont pas devenus ministres ou politiciens mais ils ont trouvé le moyen d’être dans nos vies au quotidien. Encore pire qu’un robot de l’ENA, un haut fonctionnaire qui traduit l’ère du temps dans des lois et circulaires.

L’époque à la préservation non des acquis mais du pouvoir de vendre

Evidemment, on aurait pu imaginer un roman qui reprend les caricatures des ouvriers, salariés, fonctionnaires surprotégés dans un système qui shoote tout à vue d’oeil. Les fameux privilégiés de la Sncf, de l’Education nationale, de la fonction publique territoriale… Mais en fait, ce joli petit livre s’intéresse au petit commerce, au commerce naissant, à ces nouveaux services qu’il faut protéger parce qu’un jour ils seront indispensables. C’est sûr…
Bon, avec un coup de main du ministère de l’intérieur, il sera toujours plus facile de développer les services inutiles en tant que nouveau dogme économique ou modèle économique du futur. Souvenez-vous des pigeons qui protègent des revenus qu’ils n’ont pas et n’auront peut-être jamais. Mais le gouvernement plie à ce genre de discours futuristes

Protégeons les services inutiles de demainQuand le non-lucratif nuit aux commerces de demain

Si aimables lectrices vous avez tenu deux paragraphes, je vous dois maintenant de découvrir le dernier livre d’Emmanuelle Heidsieck : A l’aide ou le rapport W

En fait, j’aurais dû commencer par là. Avec un tel titre, vous auriez tout compris. De retour vers la dystopie, comme quoi il semble plus facile d’envisager le pire que de trouver des pistes pour un futur réjouissant.
Le livre détruit tout espoir d’une possible initiative non marchande, d’engagement associatif, amical, familial, de voisinage… L’Etat est là pour veiller. L’Etat providence, vous oubliez. Place à l’Etat du petit commerce et des taxes à tous les étages. Plus d’Etat providence mais un Etat comptable…

Attention, vous volez certainement un commerçant ou une entreprise par vos initiatives de bon coeur

Pour vous permettre de comprendre vos crimes, voici la liste des délits que vous avez déjà commis et pour lesquels vous pourriez être recherché :

Un à trois de prison, 50 000 euros d’amende

  • Héberger un ami de passage et vous mettez en péril l’hôtellerie locale
  • Réparer le pneu crever de son voisin et vous volez le garagiste du quartier, son client !
  • Garder les enfants de son voisin ou ses petits enfants, c’est le secteur des nounous qui est en danger…
  • Inviter ses amis pour une raclette et le restaurant du quartier voit chez vous la cause de sa faillite future…
  • Partager les plants de son potager. Ha non, ça c’est déjà un crime en 2013…

Et de futur il en est question ici, car le roman ne traite pas de science fiction mais d’anticipation. C’est pour 2015 ! Il ne vous reste qu’un an et des poussières pour vous désengager du milieu associatif, expliquer à vos amis que vous ne pourrez plus les inviter, les héberger et dire à vos parents que vous préférez payer une nounou que de leur laisser vos enfants !

Tout serait plus facile avec des relations de contrat, des relations marchandes, fini l’entraide. D’ailleurs, ça simplifie tout.
Un mauvais repas chez des copains, on vomit toute la nuit et on ne peut rien dire… Par contre, si c’est une prestation achetée, vous pouvez leur envoyer la DGCCRF !

2015 c’est déjà aujourd’hui

Vous ne trouvez pas qu’il y a déjà des signes d’un futur proche un peu partout ? Des auto-entrepreneurs qui vous vendent ce qu’ils vous donnaient avant, au nom de la crise et du chômage endémique. L’invasion des coachs, conseillers, consultants… Tout est potentiellement le travail d’un autre, préservez le pour le bien être de notre vie ensemble…
Les cours de cuisine, de vie en société, de recherche de sa moitié, d’éducation des enfants, de divorce, de bachotage dès le CP!

Vive la fin des bons sentiments ! Vive le commerce et sa valeur d’échange éternelle ! Et bienvenue dans l’ère du tout à vendre… Tout un chacun a quelque chose  à vous vendre ! Mais vous ne le savez peut-être pas encore…

Et pour finir avec le mot de l’auteure

Un roman recommandé par Angry Mum !

Voila un petit roman qui bénéficie de notre intérêt.

Pourquoi tout le plaisir est pour moi ? C’est qu’avec une telle société en préparation, il va falloir redoubler d’imagination pour repousser des invitations ou même l’idée d’inviter des amis… De se dire de manière entendue qu’on aurait pu s’inviter mais en fait non…

Angry Mum, maman active, maman geek et toujours à l'écoute d'Internet... Elle adore les vacances mais pas toujours les vacances scolaires !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *