Air du tempsEmploi

Nouvelle année : je quitte mon job pour ouvrir un restaurant

Ouvrir un restaurant

J’ai bien réfléchi et je pense que je vais démissionner pour créer ma propre entreprise. En effet, puisque je suis en CDI et puisque la démission est une décision unilatérale, j’ai le droit de quitter définitivement mon emploi sous contrat de travail pour devenir auto entrepreneur.
Bien sûr, je vais respecter mon préavis ainsi que l’obligation de non-concurrence, mais je vais aussi demander mon attestation auprès de la CPIR pour obtenir une allocation chômage auprès de Pôle Emploi. Quant à mon futur projet, il tiendra debout si je suis les démarches suivantes.

Motivation et compétences

Je ne peux pas ouvrir mon propre restaurant si je ne suis pas assez motivée pour me lancer. Je dois être consciente de toutes les tâches qui m’attendent et je dois aussi m’accrocher aux valeurs plébiscitées par les gastronomes français.
Par la même occasion, il faut aussi que je dispose des compétences requises pour gérer une entreprise et pour développer un restaurant. Et ma vie personnelle doit être en adéquations avec mes visions professionnelles.

Concept et études du marché

Par la suite, je dois élaborer le concept pour accomplir la seconde étape. C’est là donc que je dois définir le nom, le type de décoration, le menu et le type de services de mon restaurant, le matériel professionnel de restaurant et c’est là aussi que je dois choisir son emplacement et son type, c’est-à-dire un restaurant haut de gamme, un restaurant rapide ou un restaurant moyen de gamme.
Une fois que j’ai les grandes lignes en tête, je peux ensuite réaliser une petite étude du marché pour voir : comment et qui sont mes concurrents ? Qui sont mes fournisseurs potentiels ? Quels prix dois-je appliquer ? Et quid de la clientèle ? (profil des clients, habitude de consommation, heures de repas, pouvoir d’achat et niveau de satisfaction).

Choix de l’emplacement et type de local

Pour revenir un peu sur le choix de l’emplacement, les éléments que je dois considérer sont : la zone de chalandise ; la proximité avec un axe passant, le stationnement et la présence de lieux de vie comme les commerces et le cinéma.
C’est une étape cruciale lors de la création d’un restaurant car c’est le garant de la visibilité de ce dernier. Mis à part cela, le local que je choisis doit également être en bon état et assez grand pour accueillir un grand nombre de clients.

Business plan, statut juridique et démarches administratives

Pour terminer, les dernières étapes consistent à rédiger un business plan, à choisir un statut juridique et à réaliser les démarches administratives. Je dois élaborer mon business plan si j’ai besoin de demander un prêt auprès de ma banque. Quant au statut de mon restaurant, je peux choisir entre une SARL, une EURL et une entreprise individuelle.
En ce qui concerne enfin les formalités administratives, je dois enregistrer mon établissement au RCS et je dois obtenir un permis d’exploitation et une licence pour pouvoir commercialiser des boissons alcoolisées.

Liste à la Prévert de l’entrepreneur

Après une telle liste à la Prévert, je ne suis plus très sûre de moi… Créer son entreprise après 40 ans, ça ne serait pas une espèce de retour à la nature rousseauiste, avec un retour au capitalisme gentil. Des services de qualité, un sourire, des petits prix… mais tout le monde sait que l’honnêteté ça ne marche pas dans les affaires.
Allez, tant pis, je vais attendre la retraite et faire à manger aux gens que j’aime !

Partager sur

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.