Air du tempsSociété

Une jeune fille pas encore majeure, lycéenne, ennemie de l’Etat en Europe démocratique

Un air de révolte

Blanka Nagy, l’ennemie publique N°1 en Hongrie

L’histoire aurait pu avoir lieu en France. On imagine des manifestants qui déplaisent tant au pouvoir que ce même pouvoir décide de s’attaquer directement aux manifestants, à ce qu’ils sont.

Tutoriel pour détruire un citoyen

Il faut déjà de discréditer, rien de plus facile, une armée de communiquants peuvent s’en charger. On ressort experts et consultants pour ridiculiser le bas peuple face à la haute intelligence de ses dirigeants. Et si possible, on ajoute quelques anecdotes sur sa vie privée.

Le sens de l’histoire, ça c’est la couche idéologique indispensable, évoquez les puissances extérieures, les marchés qui attendent du peuple plus d’efforts pour sauver l’économie.

On muscle tout ça avec quelques arrestations policières. Contrôle d’identité, PV pour avoir occuper illégalement la voie publique, tout est bon… On peut arrêter les manifestants ou pire, arrêter des fauteurs de trouble après les manifestations, chez eux, à leur travail pour de longues enquêtes qui détruisent une vie…. On peut encore mettre en prison pour avoir manifesté en Europe, en France et en Hongrie aussi…

Président de Hongrie et président Français, à quelques différences près

La lycéenne est depuis trois semaines la cible d’une campagne de propagande ordurière, initiée par le présentateur télé Jolt Bayer, quand il l’a traitée “d’animal crétin, d’élève médiocre, toujours absente de son lycée“, ou encore de “misérable petite prolétaire”

Hungarian Free Press

Evidemment, le sort de Blanka Nagy nous inquiète. Comment peut-on faire subir de telles humiliations à une jeune lycéenne, on espère qu’elle sera longtemps soutenue voire protégée.

Mais on a aussi une pensée pour tous les manifestants en France ou ailleurs qui malgré leur insistance ne parviennent pas être entendus et qui commencent à payer très cher leur audace, d’avoir osé dire non, d’avoir osé manifester leur mécontentement.

Partager sur

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.