Dangers des écrans, que ne doivent pas voir les enfants

Trop d'écrans, avant c'était mieux Reading Time: 7 minutes
Dangers des écrans, que ne doivent pas voir les enfants
Que pensez-vous de cet article ?

Quel est votre rapport aux écrans aujourd’hui ? Quelles sont vos pratiques au quotidien ? Comment réagissez vous face aux dangers des écrans ?

Et vos enfants, savez vous ce qui est bon pour eux ? Comment s’y retrouver avec toutes les études, les articles qui un jour auront traité  ce sujet ? Dernièrement c’est l’Avis de l’Académie des sciences qui est paru, “L’enfant et les écrans”.

Ce rapport est sensé nous éclairer sur les bonnes pratiques qu’il faudrait tous adoptés à la maison.

  • Comment faire un bon usage de nos télévisions, ordinateurs, smartphones ou tablettes
  • A quel âge, combien de temps, comment utiliser les écrans ?

Nous sommes toutes soucieuses de la santé de nos enfants, quel écran pour quel enfant, combien de temps devant l’écran et quel écran encore pour quel âge…? Encore une fois comment ne pas se tromper avec nos enfants, dans le doute je vous avoue que j’aurais presque tendance à interdire tout écran au profit de jeux et d’activités loin de tout ça. Éliminer les dangers des écrans avec un peu de radio…

Combien d'écrans dans notre quotidien ?

Et là, je me dis :

“Ne suis-je pas en train de nuire à leur développement, puisque aujourd’hui on nous vend les tablettes , toutes les tablettes comme de véritables outils pour le  développement de l’intelligence, de la capacité d’attention ou même de la gestion des émotions.”

En fait, la seule question qui se pose à tous parents : Est-ce que mon enfant va devenir un idiot à force d’être face à des écrans ou à l’opposé, va-t-il devenir un génie grâce à l’hyper-sollicitation des écrans ?

Je me souviens quand même qu’après une campagne électorale sans fin, mes enfants qui ne regardent pourtant jamais la télévision des adultes connaissaient les noms des candidats… Pour moi, c’était terrifiant !
Au square, idem. Les enfant s’interpelaient et riaient dès que l’un d’entre eux prononçait le nom de N…… S……

Comment de tels comportements pourraient être sans conséquences cognitives?!

Einstein n'avait pas la télévisionDans mon ignorance, je voulais seulement protéger  mes enfants de troubles de la concentration, de troubles du sommeil, et autres troubles psychologiques évoqués de temps à autres dans l’actualité quand des actes violents sont corrélés à un mauvais usage des écrans. Souvenez-vous des horreurs que l’on entend à propos des jeux vidéos, jeux en ligne… Ou alors les propos des directeurs de chaîne de télévision sur le temps de cerveau disponible…

Maintenant avec à ce nouveau rapport de l’Académie des sciences

J’espère savoir quand, comment et quoi mettre entre les mains de mes enfants.
C’est un rapport de 124 pages qui vous donne véritablement les clés pour une bonne pratique de tous ces écrans. Cette étude nous dit ce qui est recommandé pour chaque tranche d’âge jusqu’à l’adolescence.

Je vous propose un résumé des grandes lignes du rapport “L’enfant et les écrans”

L’enfant avant 2 ans

Il ne tire aucun effet positif de la télé ou des DVD, bien au contraire. Quant à l’usage des tablettes visuelles ou tactiles, il doit être très modéré en complément des autres activités, son usage se fait toujours avec son entourage, on ne laisse jamais l’enfant seul avec une tablette. L’intérêt d’une tablette ou autre écran n’est bénéfique que dans l’interactivité. Votre iPad n’apporte pas plus à votre bébé qu’un hochet. Il s’agit de l’appropriation de l’objet et des changements créés par le doigt, la main de l’enfant. De manière définitive, ceci ne peut pas être une nounou!

Pour l’enfant entre deux ans et six ans

L’usage de la télé est possible seulement accompagné des parents et pour un temps bref. Les DVD sont à consommer modérément aussi. Entre trois ans et six ans l’enfant découvre le « faire semblant », c’est donc le moment pour lui d’apprendre l’alternance entre le virtuel et le réel, donc on peut commencer l’usage des tablettes et des ordinateurs à travers les jeux, toujours avec un adulte  interactif et encore une fois, très modérément. Le principal apprentissage sera sûrement d’apprendre à arrêter face à l’hystérie que peut générer l’interaction numérique.

A quatre ans

L'écran peut transformer vos enfants comme un petit tambourL’enfant ne doit pas être seul avec la tablette ou l’ordinateur même si toutes les précautions ont été prises (verrouillage, contrôle parental…). De toute façon, laisser votre ordinateur, tablette ou smartphone à votre enfant, se terminera forcément par une séance de découverte mécanique… Mêmes les meilleures applications ou jeux définissent un temps d’utilisation en fonction de l’âge… Un minimum à mon sens. La tablette n’est pas une tata.

Avant six ans

La possession d’une console ou d’une tablette personnelle présente plus de risques que d’avantages, à proscrire, sauf si vous aimez vivre dangereusement. Pas d’inquiétude, la tablette tombée sous le sapin pourra lui être utile dans 10 ans,pour son musée de geek !

Entre six et douze ans

L’enfant aura un usage des écrans à l’école, à la maison. L’ordinateur ou la tablette pourra l’accompagner dans ses devoirs, tout ça sous l’œil de l’adulte.

Aider les enfants à se faire une idée et à être autonomeIl est essentiel que l’enfant soit éduquer à ces outils numériques et à l’auto-régulation face à ces écrans. Il est très important de lui montrer non seulement tout ce que ces outils peuvent lui apporter, mais aussi l’influence des écrans sur lui. Un enfant qui saura contrôler  sa consommation des écrans tirera le plus de bénéfices de ces outils. Lui apprendre à être maître et non-soumis à l’objet virtuel ou non devrait être l’objectif de tout parent.

L‘usage des écrans ne doit pas se faire au détriment des autres activités essentielles à son bon développement. Chaque enfant étant différent, il faut être très attentif aux réactions et à l’attitude de l’enfant devant les écrans, la vigilance est essentielle pour voir ou il faut mettre les limites. Les besoins ou le supportable varie selon les enfants…

Comme on apprend et on accompagne un enfant à grandir, il faut le faire aussi avec l’usage des écrans, c’est tout le temps car ce n’est jamais acquis et tellement dangereux quand ce n’est pas contrôlé. Ne vous est-il jamais arrivé de vous abandonner devant un écran sans limite… En vous réveillant 3 heures après, avec une énorme insatisfaction…

Et après 12 ans

Eric Scmidt vous demande d'éteindre InternetJe serai presque tentée de faire confiance à Google… N’ayez pas peur, Google vous veut du bien : Don’t be evil ! Souvenez-vous des propos d’Eric Schmidt, président exécutif du Conseil d’administration de Google, à l’attention des étudiants de la Boston University au printemps 2012 :

« Prenez une heure par jour et éteignez toutes ces choses. Levez vos yeux de ces écrans et regardez droit dans les yeux de la personne que vous aimez. Tenez une conversation, une véritable conversation »

La suite de son intervention me laisse toutefois très perplexe : « Si vous êtes réveillés, vous êtes en ligne, vous êtes connectés »… Donc, il faut être peu éveillé pour se déconnecter ?!

 Avis du CSA sur les sites de vidéo

Pour compléter cet article, il est nécessaire de bien comprendre que tout le monde se pose la même question. On a même le CSA qui voudrait contrôler les vidéos vus par les internautes et notamment les enfants sur le web. J’ai hâte que le CSA explique à YouTube ce qu’il doit et ne doit pas faire. Le même CSA qui à mis 4 ans à autoriser les médias à parler de Twitter ou Facebook sans métaphore…

Les effets positifs des écrans et jeux vidéo

Pour terminer cet article, je vous propose de retrouver le dossier de France Culture sur le sujet. Pas d’inquiétude quand vous arrivez sur le site, ils vont vous demander de vous identifier… Mais leur webmaster n’a toujours pas réglé le petit problème. On en a parlé ensemble et il m’assure que ce n’est pas grave…

 Attention, il faut avoir peur !

Fini le monde où tout va pour le mieux.
Il est vrai que la publication de ce rapport a nourri le web d’articles intéressés. Les pro-tablettes qui vantent les mérites de l’iPad, les marchands de publicité, d’écrans, de TV… Fin du satisfecit général sur les sites et blogs de presse informatique, experts et geeks.Tout ça respire foncièrement le manque d’objectivité.
Lectrices, vous avez de la chance, Angry Mum n’a rien à vendre !
Je me dois donc de vous faire l’écho de l’appel de 50 experts de la santé psychique pour une prise de conscience des risques liés à l’abus d’écrans.
Lulu Vroumette se désocialise avec les jeux numériques

Même Lulu Vroumette abandonne ses amis à cause de sa tablette…

« Nous, spécialistes de la psychologie, des comportements et des relations humaines, appelons aujourd’hui chacun à la prudence et à la vigilance face à l’utilisation abusive des écrans.

Les ordinateurs, smartphones et tablettes représentent un formidable progrès. Ils facilitent l’accès à la connaissance et multiplient les possibilités d’échanges, d’interactions et de coopérations. Mais en les laissant envahir notre quotidien sans nous interroger sur leurs inconvénients, voire leur utilité réelle, nous avons donné à ces technologies une emprise préoccupante sur nos vies.

Une prise de conscience est nécessaire. Car l’usage abusif d’écrans induit une hypersollicitation permanente, source de stress et de fatigue. Il nous prive du temps de repos, de réflexion et de présence au monde indispensables au bien-être et au bien-penser. Il favorise les pratiques pathologiques et compulsives, notamment chez les jeunes et les personnes fragiles. Il modifie en profondeur les processus d’attention, de mémorisation et d’apprentissage. Il nuit parfois à la qualité de nos relations interpersonnelles.

Pour toutes ces raisons, nous appelons l’ensemble des acteurs concernés – citoyens, politiques et fabricants – à élaborer ensemble des règles de bon usage des nouvelles technologies, un code de bonne conduite de la vie numérique. »

Les signataires : Marie-José de Aguiar, Catherine Aimelet-Périssol, Thomas d’Ansembourg, Christèle Albaret, Éric Albert, Christophe André, Marie-Frédérique Bacqué, Lise Bartoli, Laurent Bègue, Stéphanie Bertholon, Catherine Blanc, Pierre Blanc-Sahnoun, Gérard Bonnet, Alain Braconnier, Odile Chabrillac, Valérie Colin-Simard, Jean Cottraux, Isabelle Crespelle, Claire Delabare, Geneviève Delaisi de Parseval, Katia Denard, Isabelle Desplats, Nathalie Duboc, Frédéric Fanget, Isabelle Filliozat, Vincent de Gaulejac, Michel Hautefeuille, Serge Hefez, Alain Héril, Marie-Gabrielle Héril, Jean-Michel Hirt, Luce Janin-Devillars, Nicole Jeammet, Philippe Jeammet, Anna Kaplan, Sylvie Latremolière, Jacques-Antoine Malarewicz, Virginie Megglé, Moussa Nabati, Antoine Pélissolo, Didier Pleux, Jocelyne Poussant, Marie Romanens, Lili Ruggiéri, Jacques Salomé, Carole Sédillot, Sarah Sériévic, Saverio Tomasella, Bernard-Élie Torgemen, Maryse Vaillant.

Retrouvez l’appel ans la magazine Pychologies.

Conclusion de l ‘Avis de l’Académie des sciences, “L’enfant et les écrans”

Franchement on a rien appris !
Tous les ans, semestres, trimestres, une étude contradictoire parait sur le sujet.
On a fortement l’impression que ces rapports servent plus à démontrer qu’il existe des spécialistes sur le sujet avec de très forts lobbys.
Donc rien de nouveau et les mamans doivent comme d’habitude se débrouiller toute seule et anticiper les conséquences de ces nouveaux comportements. La seule chose qui change vraiment, c’est que nous, mamans, sommes devenus partie prenante dans le débat, incapables que nous sommes de lâcher nos tablettes, portables, ordinateurs…Pour la télévision, c’est un peu autre chose, les mamans geeks ont tendance à oublier ce média des années 60, avec ces présentateurs et émissions de l’époque…

Angry Mum, maman active, maman geek et toujours à l’écoute d’Internet… Elle adore les vacances mais pas toujours les vacances scolaires !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *